Vendée Globe et Paris Dakar, c’est fini…A l’année prochaine !

Entre le Vendée Globes et le Paris-Dakar, le mois de janvier commence toujours très fort avec deux compétitions sportives de très haut niveau se déroulant dans cette période de début d’année.

Bien que ce soit deux activités complètement différentes, elles nécessitent beaucoup d’entrainement, du bon matériel de survie et un mental vraiment solide que la nature peut mettre à rude épreuve, à chaque instant.

Le Vendée globe et le Paris Dakar, des challenges incroyables

La première est une course nautique en solitaire qui se déroule tous les 4 ans autour du monde, sans aide et sans escale, avec un départ et un retour aux Sables-d’Olonne en France.

Pour l’édition de cette année, ce sont pas moins de 20 grands navigateurs qui se sont lancés dans cette course à voile réputée pour être très difficile. En plus des 4 ans de minutieuses préparations qu’elle nécessite, cette épreuve demande aussi un équipement pratique qui soit à la fois fiable et robuste, pour un usage intensif et beaucoup de sollicitations.

paris-dakarL’autre sport est le prestigieux et désormais célèbre course du Paris-Dakar, qui n’a plus grand-chose à voir avec le Dakar, ceci-dit, hormis les pistes dans des étendues sablonneuses qu’il traverse partout dans le monde. Cette compétition est aussi une course épique, mais qui se déroule sur terre, et même dans le sable, pour être plus précis.

Cette année 2013 a vu le départ de la course à Santiago au Chili, avec une arrivée prévue à Lima, au Pérou.

La première des courses s’est achevée il y a peu avec la victoire de François Gabart, âgé de seulement 29 ans, ce qui fait de lui le plus jeune vainqueur de ce prestigieux challenge,  sponsorisé par le groupe d’assurances de la Macif.

Il a remporté cette difficile course en solitaire sur son monocoque, en  à peine 78 jours, (mieux que Jules Vernes et son tour du monde en 80 jours !).

Pour le Paris-Dakar, ce sont les français Stéphane PeterHansel, dans la catégorie automobile, et Cyril Despres, dans la catégorie moto, qui se sont placés sur deux des quatre places sur le podium (avec les camions et les quads), à l’arrivée de la course, le 19 janvier.

Des français sur les podiums

L’une comme l’autre, ces deux compétitions ont nécessités des mois de préparations, tant au niveau physique et mental, qu’au niveau du choix du matériel technique. Même si beaucoup d’équipementiers nautiques, fabricants automobiles et issu de l’univers de la motocyclette ont su apporter leur aide et leur conseils pour le choix de produits, l’avis des participants et du staff organisateur a aussi énormément compté.

Tous les produits, les lampes, les cordes, les dessalinisateurs d’urgence et autres objets essentiels à la survie ont bien sûr étés testés et vérifiés avant l’embarquement sur le bateau, car même si l’on essaye de parer à toutes les éventualités qui peuvent survenir, on peut difficilement imaginer tous les tracas et les dégâts que pourraient occasionner des vents violents comme ceux du Cap Horn, ou bien des tempêtes, lors d’une course en solitaire, perdu en pleine mer !

C’est pour cette raison qu’il ne faut rien négliger, que ce soit au niveau des kits de premiers soins, et radio solaire, et cela est tout aussi valable dans des courses et raid comme le Paris Dakar. Le moindre bobo non soigné pouvant rapidement entrainer une surinfection sous un soleil de plomb.

Gageons donc que rien n’a été laissé au hasard pour que ces deux courses extrêmes se passent dans les meilleures conditions possibles, et n’oublions pas, surtout, de féliciter les heureux vainqueurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>